À propos de la production du boeuf du Québec

Un brin d’histoire

La production du boeuf du Québec est l’une des plus anciennes à s’être implantée en Nouvelle-France. En effet, dès 1619 les premières bêtes à cornes entrent à Québec et Champlain les regroupe sur la ferme du Cap Tourmente. En 1667, on en recense 3107 dans la colonie pour 3918 habitants. Graduellement, sous le régime anglais, des animaux de race bouchère sont importés d’Angleterre et d’Écosse et l’élevage de boeufs de boucherie se distingue peu à peu de celui des troupeaux laitiers. Ce n’est qu’à partir des années ’70 que l’élevage de boeufs de boucherie s’est vraiment spécialisé au Québec.

Aujourd’hui, on retrouve une vingtaine de races de boeufs de boucherie au Québec. Pour en savoir plus sur les races de boeufs de boucherie :

La production de viande de boeuf d’aujourd’hui

pamphlet

 

La viande de boeuf du Québec, que vous pouvez vous procurer chez votre producteur préféré, est habituellement le résultat d’un élevage en trois étapes.

L’élevage de sujets reproducteurs

Nos éleveurs de sujets race pure fournissent aux éleveurs « vache-veau » des taureaux et des femelles de remplacement. Ces animaux constituent les animaux reproducteurs de base qui, utilisés en croisement, produisent des veaux et bouvillons répondant aux spécifications des marchés.

La production de veaux d’embouche

Aussi appelés producteurs vache-veau ou encore producteurs naisseurs, ils sont au nombre d’environ 3500 et sont répartis dans toutes les régions du Québec. Leurs troupeaux comptent en moyenne 55 vaches (185 000 au total) et produisent environ 148 000 veaux par année pour le marché de la viande de boeuf. Cet élevage se pratique souvent à temps partiel. La part du Québec ne représente que 4,4 % de l’ensemble de la production canadienne.

Le veau est gardé avec la mère, soit au pâturage durant l’été ou en enclos ou bâtiments durant l’hiver et est alimenté principalement du lait de la mère et de foin ou d’herbe. Rendu à l’âge de 7 à 10 mois, ou lorsqu’il aura atteint le poids de 500 à 800 lb (225 kg à 360 kg), le veau d’embouche est totalement sevré. Il quitte alors l’atelier vache-veau pour se retrouver en parc d’engraissement.

La production de bouvillons

L’élevage du boeuf, aussi appelé bouvillon d’abattage, débute avec l’arrivée du veau d’embouche au parc d’engraissement. Il y séjournera pendant 8 à 10 mois, jusqu’à ce qu’il atteigne un poids d’environ 1450 lb (658 kg). Son alimentation est constituée principalement de fourrages, de grains et de minéraux. Les rations servies sont de grande qualité et sont équilibrées avec les besoins du boeuf. Cette diète lui permet de gagner plus de 3 lb (1,3 kg) de poids par jour. Arrivé au poids désiré, le boeuf de boucherie est abattu dans un abattoir sous inspection gouvernementale.

La production de boeuf au Québec, toutes les régions en profitent

Avec leurs troupeaux qui parcourent les verts pâturages durant l’été, les fermes de boeufs du Québec offrent à tous les passants des paysages enchanteurs. Cette production procure également des retombées économiques importantes et significatives pour l’économie locale de chacune des régions du Québec.